mercredi 28 mai 2008

Capitaine Paul-Lemerle

Le Capitaine Paul-Lemerle en 1945, toujours équipé de ses canons. (source La Société générale des transports maritimes d’Alain Croce, éditions MDV)

Daniel Hillion a écrit quelque part, qu’il en était des bateaux comme des hommes, certains, pourtant brillants, se traînent dans une vie sans histoires, d’autres, d’apparence plus modestes, sont promis à un fabuleux destin.
Il en est ainsi du cargo Capitaine Paul-Lemerle qui eut le douteux privilège d’accueillir à son bord quelques belles figures de l’intelligentsia européenne.

«Atteint par le Statut des Juifs et détenteur d’une invitation à enseigner à New York, Claude Lévi-Strauss réussit, après bien des péripéties, à s’embarquer en mars 1941 de Marseille sur un navire de la même Compagnie des Transports Maritimes dont il avait, quelques années auparavant, utilisé les services. Mais à bord du Capitaine Paul-Lemerle, changement de décor : 350 personnes entassées et un "départ de forçats" encadré par des gardes mobiles casqués. »
Emmanuelle
Loyer dans Paris à New York Intellectuels et artistes français en exil (1940-1947) publié au PUF.

Le Capitaine Paul Lemerle à Marseille

Autres « invités » à bord.
« En janvier et février 1941, Wilfredo Lam illustre le poème de Breton Fata Morgana, qui est censuré par le gouvernement de Vichy. Le 25 mars, Lam et Helena Holzer s’embarquent à bord du Capitaine Paul Lemerle en compagnie de 300 autres artistes et intellectuels en direction de la Martinique. André Breton et Claude Lévi-Strauss sont du voyage. À leur arrivée, les passagers sont détenus aux Trois Îles. »

Groupe de réfugiés européens pris en charge par the Emergency Rescue Committee à bord du Capitaine Paul-Lemerle, un cargo réquisitionné pour les transporter de Marseille à la Martinique.
Sur la photo : Ernst Rossmann, Karl Heidenreich, Dyno Lowenstein, Katrin Kirschmann, Emil Kirschmann, et Peter Grassmann. (Credit: USHMM, courtesy of Dyno Lowenstein)

4 commentaires:

Anonymous a dit…

Belle photo du Paul Lemerle en escale à Pointe à Pitre avec l'inscription Vive Petain publiée sur forum yahoo Messageries Maritimes le 24 11 2007.
Origine document, archives M. P........., agent général SGTM en Guadeloupe.
L'original était en très mauvais état avec parties manquantes sur les bords, quelques heures de restauration par mes soins le 24/11/2007, forum yahoo Messageries Maritime.

Anonymous a dit…

En 1946 nous avons voyagé sur le Paul Lemerle entre Marseille et Pointe à Pitre qui était un véritable raffiot; car sans médecins à bord et sans médicaments il y a eu des épidémies et un enfant est mort. Le bateau surchargé, les passagers ont été soignés benevolement par un passager par miracle médecin, et qui avait acheté sur ses propres deniers des médicaments à Alger. Ce bateau n'avait pas de radio, l'eau potable était rationnée. La promiscuité était de rigueur, les passagers cotoyaient et partageaient le quotidien avec des animaux embarqués dans cette galère (notamment des ânes!)Grâce au ciel il n'y a pas eu d'autres décés. Je n'ai jamais compris que cette compagnie maritime ait laissé embarquée dans de telles conditions des civils.

Sara Gavirira a dit…

EXiste actualemte algun vestigio de este barco?

DAIN DAINPLUTO@laposte.net a dit…

Ma famille était en 1946 aussi sur ce bateau parents + 6 enfants pour aller à Pointe à Pitre. hier ma soeur ainée a raconté exactement la même histoire que vous c'est pour cela que j'ai fait des recherches sur internet et ma plus jeune soeur se souvenait trés bien des anes alors que les plus grands se souvenaient de la mise à la mer tôt le matin des 2 enfants morts et aussi de beaucoup de soldats sur les ponts supérieurs .A Alger malgré la quarentaine ma mére est descendu sur les quais.
François