samedi 3 juillet 2010

3 juillet 1940: le drame de Mers el Kebir

Disposition des navires français à Mers el Kebir, à gauche les cuirassés.

La Provence, derrière Strasbourg appareille.

La Bretagne en feu va chavirer.

Le Dunkerque échoué (photos collection Alain V)

LE DRAME DE MERS-EL-KEBIR LE 3 JUILLET 1940

Le 3 juillet, la flotte britannique de l'amiral Somerville se présente devant Mers-el-Kebir près d'Oran avec pour mission d'obtenir que la flotte française commandée par l'amiral Gensoul la suive au Royaume-Uni ou soit détruite.
L'amiral Somerville dispose d'une force considérable: Le croiseur de bataille Hood, les cuirassés Resolution et Valiant, 2 croiseurs, 11destroyers et le porte-avions Ark Royal. Il a le choix de l'heure et de la présentation de ses navires qu'un promontoire dissimulera pendant toute l'action aux navires français surpris au mouillage, l'arrière à la jetée, cap sur la terre, disposition défavorable pour la mise en œuvre de l'artillerie des cuirassés.
L'escadre de l'amiral Gensoul comprenait les navires suivants: cuirassés Dunkerque, Strasbourg, Provence et Bretagne,
6 contre-torpilleurs dont les plus récents Volta et Mogador et le transport d'hydravions Commandant-Teste.
La démobilisation sur place des bâtiments est commencée, ils sont en Afrique hors de portée des Allemands, donc considérés comme étant en sécurité.
Or, voici qu'a 7 heures du matin ce 3 juillet le destroyer Foxhound amène le capitaine de vaisseau Holland apportant les propositions de l'amiral Somerville, soient cinq éventualités:
-suivre les Anglais pour continuer le guerre -conduire les navires français dans un port britannique -appareiller pour les Antilles ou le Etats-Unis -se saborder -combattre
L'amiral Gensoul refuse les termes de l'ultimatum, il tenta un ultime gentleman's agreement après consultation de sa hiérarchie, l'amirauté française en cours de transfert de Bordeaux à Vichy répond un peu rapidement qu'elle envoit des renforts de Toulon, précipitant la décision des Anglais d'en finir avant 17h 30.
A 16h 35, l' officier anglais quitte le navire amiral français sans résultat. Les dés sont jetés; à 16h 56 les Anglais ouvrent le feu à 14000 mètres, ce qui provoqua l'ordre d'ouverture du feu de l'escadre française.
Les bâtiments français tentent d'appareiller; le Strasbourg sous les ordres du capitaine de vaisseau Collinet manœuvre remarquablement et sort sous le feu anglais. Le Dunkerque est touché par des obus de 380 mm et sérieusement avarié, La Bretagne fut touché à la troisième minute avant d'avoir pu décoller de la digue; en feu, il chavira à 17 h 9 et coula, entraînant 977 hommes dans la mort. La Provence fut touché à 17 h 3; le Commandant-Teste, épargné, recueillit les survivants de La Bretagne. Le contre-torpilleur Mogador, retardé dans la passe par un remorqueur, fut touché par un obus de 380mm à l'arrière, la cloison des machines résista et il survécu bien que tout la partie arrière eut disparu.
A 17h 12 les Anglais cessaient le feu.
Le 4 juillet, les bâtiments intacts, le Strasbourg et 3 contres-torpilleurs entraient à Toulon.
Le 6 juillet, les Anglais revinrent, les avions torpilleurs de l'Ark Royal s'attaquèrent au Dunkerque échoué que l'on n'avait pas encore entouré de filets, un patrouilleur amarré au Dunkerque reçut une torpille qui fit exploser ses grenades sous-marines provoquant une large brèche au flanc du cuirassé et tuant 150 hommes.
La Provence rentrera à Toulon le 6 novembre 1940 ainsi que le Mogador en remorque.
Le Dunkerque, plus gravement atteint, ne sera en mesure de rentrer à Toulon que le 19 février 1942.
L'attaque de Mers-el-Kebir aura fait 1297 morts et causé la perte de La Bretagne, des avaries graves au Dunkerque, mais surtout provoqué parmi l'ensemble des marins un sentiment anglophobe qui nuira beaucoup à la poursuite de la guerre auprès du Général de Gaulle qui aura du mal à convaincre la majorité des marins de le rejoindre, et retardera jusqu'en début 1943 le ralliement de ce qui reste de la flotte à la cause alliée.
Alain

2 commentaires:

Nicolas a dit…

Bonjour
merci d'avoir traité ce sujet difficile. En temps que petit fils du second Maitre Victor Le Borgne (disparu sur le cuirassé Bretagne ce jour là) je me bat pour le souvenir de ce drame. Je vous propose de visionner un documentaire magnifique en 4 parties de 8/9mns à cette adresse http://merselkebir.unblog.fr
Bon vent à tous

Anonymous a dit…

L'attaque surprise de la flotte de Mers El Kébir à la suite d'un ultimatum inadmissible de la part d'une force militaire encore alliée de la France, faut-il le rappeler?, est une infamie à mettre plus bas encore que l'attaque de Pearl Harbor par les Japonais, ennemis avérés des Américains au moment du raid de l'aéronavale nippone.
Le Hood qui participa activement à cette opération inqualifiable subira dans quelques mois le même sort que la Bretagne et ses 1000 disparus. Signe du Destin? Il est malheureux que ce ne soit pas un obus français du Dunkerque qui l'ait envoyé par le fond.
Moralité: Ne jamais faire confiance à des Anglais, surtout quand ils se présentent comme votre allié.